Benbouzid tire la sonnette d’alarme

3,5 MILLIONS D'ÉLÈVES ATTENDUS DANS L'ENSEIGNEMENT MOYEN ET UN DÉFICIT DE 588 NOUVEAUX COLLÈGES POUR LA RENTRÉE SCOLAIRE 2008-2009 

Le soir d'Algerie 21/11/2007

Les responsables du secteur de l’éducation, réunis hier à Constantine à l’occasion de l’ouverture des travaux de la conférence régionale sur l’éducation des wilayas de l’Est dédiée à la préparation de la rentrée scolaire 2008-2009, ont tiré la sonnette d’alarme pour alerter du déficit énorme, accusé en matière d’infrastructures d’accueil dans l’enseignement moyen en prévision de la prochaine rentrée scolaire.

Et pour cause, la croissance du nombre des élèves dans ce palier, engendrée par le passage de deux «collèges» à la fois en 1ère année moyenne en vertu des réformes décidées dans le système éducatif à savoir, ceux de la 5e année et de la 6e année. Un état de faits qui durera selon M. Yahia Bourouina, conseiller auprès du ministre de l’Education nationale, jusqu’à l’année scolaire 2012-2013 où l’insuffisance des infrastructures s’étalera pour toucher l’enseignement secondaire. En d’autres termes, le secteur de l’éducation doit se préparer afin de faire face, d’après ce responsable, à de grosses difficultés en la matière pour les 7 ans à venir.

Un constat aggravé, aux yeux de M. Bourouina, par la faiblesse des capacités nationales de construction de nouveaux équipements. Il expliquera que le problème réside dans la tendance de l’Etat algérien à donner la priorité à la crise du logement dont l’expansion urbaine ignore, le plus souvent, le choix de terrains d’assiettes destinés à abriter des établissements scolaires. Et devant la difficulté, pour ne pas dire l’impossibilité, selon M. Bourouina, de trouver des terrains relevant des domaines publics, l’indulgence des autorités locales dans l’application des lois relatives à la déclaration de l’utilité publique, autrement dit, l’expropriation de terrains privés, a rendu ingérable la situation. «Nous avons rédigé, dans le cadre du projet de la nouvelle loi liée à l’éducation nationale, un article qui consacre l’éducation nationale comme première priorité de l’Etat algérien. Nous espérons qu’il ne soit pas amendé puisque une telle mesure nous permet d’appliquer correctement les réformes et de facto, faire bien fonctionner l’école algérienne», révèle-t-il afin d’exprimer l’angoisse de la tutelle dans l’exercice de ses missions. Il ajoutera que le ministre de l’Education a déjà fait part de ses inquiétudes dans une correspondance qui date du mois de septembre dernier, adressée à ses collègues de l’habitat et de l’intérieur et également à tous les autres partenaires sociaux pour alerter de la gravité de la situation. Dans le même sillage, M. Bourouina a estimé le déficit pour la rentrée scolaire 2008-2009 à hauteur de 588 nouveaux établissements dans l’enseignement moyen.

Il précisera que, pour l’exercice en cours, le département de Boubekeur Benbouzid n’a réceptionné au mois de juillet dernier que 19 collèges sur les 193 inscrits dans le programme en cours de réalisation et devant être livrés au premier semestre 2007. Un chiffre qui s’est élevé à seulement 170 en septembre après trois réunions consécutives avec les différents partenaires sociaux. «Nous avons fait des pieds et des mains pour les inciter à accélérer les travaux», souligne-t-il. Ainsi, le retard dans les livraisons est très flagrant sachant que le programme quinquennal 2005-2009 prévoit la construction de plus de 1000 nouveaux collèges à l’horizon de 2009 pour assurer un fonctionnement pratique du système éducatif en application des prévisions du ministère de l’Education nationale, projetées dans le court terme (jusqu’à 2015).

Pour pallier à ce déficit, révèle encore le représentant de Benbouzid dans cette conférence régionale, le ministère a décidé de l’installation d’une commission chargée du suivi de la création des établissements scolaires ayant pour mission, entre autres, la réflexion à des solutions palliatives en cas de défaillance dans les livraisons à échéance pour la rentrée scolaire 2008- 2009. Notons que le nombre des élèves de la première année moyenne doublera par rapport à l’année scolaire en cours. Il s’élèvera de 660 000 à 1 365 000 élèves ce qui hausse le nombre global des élèves du moyen à 3,5 millions. Un chiffre qui verra une baisse atteignant 2,9 millions en 2012-2013 conséquemment au passage de ces mêmes élèves vers le secondaire. Une autre problématique résultant de cette situation, celle de l’excédent des enseignants du primaire. Le ministère a décidé, d’après M. Bourouina, de transférer un nombre de licenciés parmi eux pour encadrer les élèves du moyen alors que le reste sera formé pour la prise en charge des enfants du préscolaire qui sera généralisé à partir de cette même année scolaire, 2008-2009.
A ce sujet, M. Bourouina a indiqué que le ministère offrira des places à seulement 80% des enfants ayant atteint l’âge de 5 ans. «En fait, si tout se passe comme prévu, le ministère réussira un coup de maître. Nous allons généraliser les classes préparatoires et prendre en charge les 20% restants dans le cadre d’une opération qui se veut équilibrée entre zones urbaines et rurales avec un objectif d’ouvrir, au moins une classe par école, à travers tout le territoire national et ce, par l’instigation du fonctionnement des autres segments du système éducatif national (écoles privées, mosquées...), indique-t-il. Bref, cette conférence vise à dresser un état des lieux exhaustif concernant la rentrée scolaire 2007-2008 dans le but d’établir un rapport sur la situation à l’échelle nationale avant le 30 novembre 2007 et également débattre les solutions de rechange en cas de défaillance dans les livraisons des nouveaux équipements, une crainte qui demeure de mise, compte tenu de la faiblesse des capacités nationales de construction.
 

par Lyas Hallas

Agenda

October 2020
M T W T F S S
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1