Grave accusation du FFS de Tirmitine suite aux émeutes de la semaine dernière

“Les actes sont l’œuvre de brigands manipulés par trois élus”

Pour la section du FFS de Tirmitine, ce qui s’est passé la semaine écoulée dans cette localité est l’acte d’une horde de brigands manipulés par trois élus et leurs acolytes pseudo-représentant des comités de village.
Grave accusation du FFS de Tirmitine suite aux émeutes de la semaine dernièreC’est ce qui est écrit en effet dans une déclaration du parti d’Aït Ahmed parvenue hier à notre rédaction. Graves accusations, doit-on dire, qui sont ces élus ? A quelles formations politiques appartiennent-ils ? Point de réponse dans le document. Le FFS se contente de dire qu’il s’agit des élus “n’ayant pas encore digéré leur échec et en quête aujourd’hui d’un repositionnement sur l’échiquier politique par des pratiques diaboliques”. En tout cas pour la section du FFS qui se dit préoccupé par la situation qui prévaut à Tirmitine, le sujet de l’implantation du lycée exprimé comme principale revendication des manifestants, est “un faux alibi”.

“Sinon comment justifier le refus de la proposition des pouvoirs publics d’implanter un deuxième lycée”, se demandera le FFS, position qu’il qualifiera d”’entêtement et d’acharnement” des uns et des autres, ce qui  relève du “sophisme primaire”. Le parti d’Aït Ahmed qui dénonce et condamne “avec force et énergie” ces actes de vandalisme qui se sont déroulés à Tirmitine, lance un appel à la population locale pour faire preuve de beaucoup de sagesse tout en l’invitant au calme, à la raison et à l’unité.

Notons que la localité de Tirmitine a connu une journée d’émeutes, il y a à peine quelques jours. Des jeunes en colère des deux archs Aït Arif et Zerrouda. Deux archs qui regroupent pas moins de 13 villages, vont saccager le siège de l’APC, notamment après qu’ils avaient barré la route. 17 personnes ont été arrêtées ce jour-là, dont 10 ont été placées sous mandat de dépôt.

Les villageois des deux archs réclamaient la délocalisation d’un projet de construction d’un lycée. Une revendication qui ne tient décidément pas la route pour expliquer “la déroute”. Le mal est, semble-t-il, beaucoup plus profond à Tirmitine. Une localité qui a retrouvé le calme et la sérénité durant cette semaine, tout en soignant ses plaies. Tout ne semble pas encore être dit sur le problème qui régne et qui couvre dans la commune.

La Dépêche de kabylie

Agenda

October 2020
M T W T F S S
28 29 30 1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31 1