CAN-2015 (ÉLIMINATOIRES, GROUPE B) : CET APRÈS-MIDI (16H LOCALES, 14H À ALGER) À ADDIS-ABEBA, ÉTHIOPIE-ALGÉRIE

Les Verts en quête d’altitude !

ÉTHIOPIE-ALGÉRIE
Les Verts en quête d’altitude !Retour sur terre. Pour le Onze national, oubliés le Mondial-2014 et ses belles images. De nouvelles aventures attendent Feghouli and Co à compter d’aujourd’hui. Sous la férule d’un nouveau sélectionneur. Christian Gourcuff découvrira véritablement ses nouvelles troupes cet après-midi, sur le terrain du Stadium Addis-Abeba.

C’est sur la pelouse du Tessema Stadium que le Breton apprendra, aussi, à connaître l’ambiance singulière du football africain. Face à un adversaire pas facile à jouer de surcroît. Une sélection éthiopienne qui avait fait sensation durant la dernière CAN-2013 (Afrique du Sud), édition durant laquelle elle faisait son come-back sur la scène continentale après presque trois décennies d’éclipse. Et de restructuration. Une œuvre qui avait également permis aux Antilopes d’atteindre la dernière étape des qualifications pour le Mondial brésilien. Le Nigeria n’avait dû son salut qu’à la naïveté et certainement l’inexpérience des élèves de Sewnet Bishaw remplacé au lendemain de l’élimination du Mondial-2014 parmi le Portugais Mariano Barreto. Celui-ci sollicitera de nouveaux moyens pour rebâtir cette grande équipe capable de se hisser parmi les meilleurs du continent. Le groupe de joueurs qui avait disputé la CAN sud-africaine est pratiquement conservé avec un Salah Saïd qui sert de guide à ses jeunes camarades. Et l’adversité attendue face aux Walyas ne sera pas le seul gros souci pour Gourcuff et ses joueurs. L’altitude et l’état du terrain seront, cet après-midi, des obstacles que Belkalem et consorts devront franchir pour espérer partir du bon pied dans ces qualifications. Certes, la qualité du groupe emmené par Gourcuff à Addis- Abeba n’est pas remise en cause. Pour autant, certains éléments sont arrivés au stage de l’EN, lundi dernier, avec un gros déficit physique et compétitif. Leur situation contractuelle et le début tardif des championnats où ils exercent en sont les causes. Première conséquence, certains d’entre eux, auparavant titulaires à part entière en sélection, vont devoir renoncer, à l’exemple du réaliste Madjid Bougherra qui confiera qu’il n’est pas en mesure de livrer le match que le néo-coach des Verts attendait de lui. Le capitaine de l’EN fera savoir que ses équipiers Halliche et Belkalem sont à même de remplir cette mission en rappelant, toutefois, que l’erreur à ne pas commettre serait d’attendre les Ethiopiens derrière.

Ne pas subir le jeu
Un conseil qui devrait être pris en considération par Gourcuff et ses assistants appelés, par ailleurs, à gérer les ressources physiques de leur groupe en vue d’un autre non moins délicat duel, mercredi prochain à Blida, face aux Maliens. Le long déplacement en Ethiopie et les effets de l’altitude peuvent constituer des «ingrédients» capables de remettre en cause ses théories et sa philosophie de jeu, mais le Français semblait, dès ses premiers contacts avec les médias (et ses joueurs surtout) convaincu et convaincant. Convaincu que le groupe Algérie, si brillant durant la dernière Coupe du monde doit se remotiver pour avoir de nouvelles ambitions. Et convaincant puisqu’il semble bien que les joueurs adhèrent (déjà) à son projet. Certains ont même tenu à faire cas de la magie exercée par la méthode Gourcuff sur les Verts. Fin communicateur, l’ancien coach des Merlus n’aura pas, cependant, droit à l’erreur. En si peu de temps, il doit convaincre une galerie euphorisée par les exploits de l’EN sous la coupe de Halilhodzic, l’un des rares à avoir offert des victoires à l’extérieur à l’EN algérienne. En 2011, pour son baptême à la barre technique des Verts, le Bosnien est allé arracher un nul à Dar Essalem (Tanzanie). C’est à cet «exploit» que Gourcuff est tenu dans un autre pays de l’Afrique de l’est, en l’occurrence l’Ethiopie. Réussira-t-il dans son pari ?
M. B.

QUELQUES CHANGEMENTS SONT PRÉVUS
Gourcuff optera-t-il pour son fameux 4-4-2 «en ligne»?

Les Verts évolueront aujourd’hui dans la peau du favori. Malgré la difficulté de la tâche et les aléas du temps et de la géographie. Surtout l’ambition affichée par les joueurs de Mariano Barreto. Une équipe qui renferme en son sein plusieurs éléments de valeur, notamment sur le plan offensif. Des attaquants qu’il faudrait surveiller. L’Ethiopie, qui affectionne l’arme du contre, posera des soucis à notre défense qui, une fois n’est pas coutume, se présente comme étant le maillon faible de l’équipe. Outre M’Bolhi, Mesbah et Bougherra, en manque de compétition, des joueurs comme Zeffane et Mandi n’ont pas l’expérience des terrains africains alors que Belkalem vient juste de reprendre la compétition sous le maillot de son nouveau club, Trabzonspor. Sur ce plan, Gourcuff a beaucoup réfléchi et tout porte à croire que son premier choix portera sur une défense à quatre avec deux axiaux (probablement Belkalem et Halliche) et deux latéraux (Mesbah et Mandi). Et d’une sentinelle (Medjani) qui fait la «navette» entre les deux compartiments (arrière et médian). Pour sa première sortie à la barre des Verts, c’est l’assurance tous risques que l’ancien coach lorientais donnera à son team. Histoire de ne pas compromettre les chances de la sélection dans ces qualifications. Pour la ligne médiane, outre Medjani, Bentaleb et Lacen tiennent le bon bout pour assurer la tâche de récupérateurs mais aussi de relanceurs. Devant, Feghouli, même s’il évoluera un peu excentré sur la droite, devrait diriger la manœuvre offensive aux côtés de Slimani et Soudani. Un 4-4-2 «en ligne» qui variera au rythme des débats et des effets que peuvent causer l’altitude, l’état du terrain et l’adversaire éthiopien.
M. B.

HISTORIQUE DES CONFRONTATIONS ENTRE LES DEUX PAYS
Égalité presque parfaite

Les sélections, éthiopienne et algérienne de football vont s'affronter aujourd’hui à Addis-Abeba pour la 5e fois de leur histoire, en match comptant pour la première journée du groupe B, des éliminatoires de la CAN-2015 de football, dont la phase finale aura lieu au Maroc (17 janvier-8 février). Les deux équipes africaines qui s'étaient affrontées à quatre reprises sont dans une situation d'égalité parfaite (une victoire, deux nuls et une défaite) pour chaque équipe, avec également un goal-average équilibré (3 buts inscrits contre trois buts concédés). La 1ère confrontation algéro-éthiopienne remonte à 1968, lors de la CAN-1968 organisée alors par l'Ethiopie qui s'était imposée devant son public par (3-1), alors que le 4e et dernier face à face s'était déroulé il y a 19 ans et plus exactement en 1995. Les Verts de Rabah Madjer l'avaient emporté par (2-0) grâce à un doublé du meilleur buteur de la sélection de tous les temps, Abdelhafid Tasfaout. Entre ces deux matches, les deux sélections s'étaient neutralisées sur un score blanc (0-0), en 1982 et en 1994.

Rappel
* 16 janvier 1968 (phase finale CAN-1968-1er tour) à Addis-Abeba, Ethiopie-Algérie (3-1).
Buts : M. Worku (16’), A. Shoangizaw, (19’), L. Vassalo (27’,s.p) Ethiopie, Amirouche (68) Algérie.
Algérie : Krimo, Bouyahi, Lemoui, Belbekri, Attoui Ali, Djemaâ, Abdi, Selmi, Lalmas, Hachouf (Amirouche), Achour. Entraîneur : Lucien Leduc

* 13 mars 1982 (phase finale CAN-1982 - 1er tour) à Benghazi
(Libye), Algérie-Ethiopie(0-0).
Algérie: Cerbah, Larbès, Kouici, Horr, Merzekane, Ben Cheikh, Madjer, Fergani, Amokrane (Belloumi), Assad, Yahi (Kheloufi).
Entraîneur: Mahieddine Khalef

* 4 septembre 1994 à Addis-Abeba (Eliminatoires-CAN-1996),
Ethiopie-Algérie (0-0).
Algérie : Hamenad, Zerrouki, Lazizi, Belatoui, Kherris, Chérif El-Ouezzani, Dziri, Ferhaoui, Meddane (Kaci-Said Kamel), Menad,
Tasfaout. Entraîneur: Rabah Madjer.

* 8 avril 1995 à Alger (Eliminatoires-CAN-1996), Algérie-Ethiopie
(2-0)
Buts : Algérie : Tasfaout (17’ et 20’)
Algérie : Haniched, Kherris (Meftah), Benhamlat, Amrouche, Lazizi, Chérif El-Ouezzani, Dziri, Kaci-Saïd Kamel, Tasfaout, Saïb,
Mattem Réda (Benzerga). Entraîneur: Rabah Madjer.

À L’ÉCOUTE D’ADDIS-ABEBA

Arrivée en file indienne
L’arrivée de la sélection algérienne, jeudi soir à l’aéroport d’Addis-Abeba, a été précédée par celle des arbitres de la rencontre. Le directeur de jeu seychellois Bernard Camille, accompagné de ses compatriotes Hansley Danny Petrousse, Eldrick Adelaïde et Allister Barra (4e arbitre) ont eu droit à des photos en rafale de la part de la presse algérienne qui attendait son équipe nationale.

Huis clos reconduit
Pour le deuxième jour de suite, les entraînements de la sélection éthiopienne de football se sont déroulés à huis clos, au grand dam des journalistes algériens présents sur place. Contrairement à jeudi, même les supporters éthiopiens n’ont pu accéder au stadium d’Addis-Abeba, se contentant de se rassembler à l’extérieur de l’enceinte.
 

Le «no comment» de Neghiz
Le nouvel entraîneur-adjoint des Verts, Nabil Neghiz, a refusé poliment de faire des déclarations jeudi soir à la presse. L’excoach de l’Olympique Médéa a expliqué à l’APS qu’il n’était qu’à ses débuts avec l’équipe nationale et qu’il aura tout le temps de parler à la presse dans un futur proche.

Punition à l’éthiopienne !
Bien particulière est la façon avec laquelle la police éthiopienne «punit» les automobilistes se garant dans des endroits interdits. Si en Algérie, la police use de Sabot de Denver pour immobiliser les voitures, en Ethiopie, elle enlève carrément les plaques d’immatriculation, obligeant le conducteur à payer une contravention pour récupérer son «bien».

Deux fans algériens refoulés
Finalement, les deux supporters algériens ayant fait le déplacement pour suivre le match Ethiopie-Algérie ont été refoulés, faute de visa. Toutes les tentatives de l’ambassade algérienne à Addis-Abeba pour dénouer cette situation se sont avérées vaines. Ils se contenteront de suivre la rencontre sur le petit écran.

2 G, 3 G, 4 G…
Si en Algérie on se targue du lancement de la technologie 3G, ici en Ethiopie, l’opérateur national de téléphonie mobile, Ethio Telecom, est en train de vendre au rabais ses puces 3G pour se consacrer à la 4G. Quant à la puce 2G, elle est proposée à des prix défiant toute concurrence : 30 birrs, soit l’équivalent d’un peu plus de 1 euro.

Addis-Bourbier
Les fortes chutes de pluie quotidiennes sur Addis-Abeba rendent les routes 0cabossées et non goudronnées par endroits, de la capitale éthiopienne, impraticables. Boue et flaques d’eau font partie du décor en cette saison des pluies qui s’étend de juin à septembre.

OÙ SUIVRE LE MATCH ?
Branchez-vous sur beIN Sports, Foot+2 et la terrestre

Comme d’habitude, c’est le groupe qatari beIN Sports qui détient l’exclusivité des droits de retransmission des matches des sélections maghrébines dont ceux des éliminatoires de la CAN- 2015. Le match Ethiopie-Algérie, prévu à partir de 14h (heure algérienne) sera diffusé sur deux chaînes de l’ex-Jazeera Sports. En l’occurrence beIN Sports 1 (français) et beIN Sports 1 HD (arabe et les commentaires de Hafid Derradji). Pour la communauté algérienne de France, c’est Foot+ 2 (groupe Canal+) qui diffusera la rencontre. Les non-câblés d’Algérie seront servis par la chaîne terrestre de l’ENTV qui leur offrira les images de ce premier rendez-vous des Verts dans les éliminatoires de la CAN-2015 au Maroc.

M. B.


Le Soir d'Algérie